Une saison 2015-2016 sous les meilleurs auspices pour Allegro

Il y a un peu plus de 3 ans, Philippe Logé et plusieurs actionnaires minoritaires se lançaient dans le défi du rachat de l’activité Popsy et du développement des différentes gammes de logiciels, Popsy et Allegro. Aujourd’hui, Philippe Logé revient sur cette période de lancement et dresse un premier bilan. « Dès le début de cette aventure, nous savions qu’il ne serait pas facile de suivre le rythme effréné de remboursement que les banques nous imposaient. Cela passait immanquablement par une structure de coûts plus légère. Et c’est ce sur quoi nous avons notamment travaillé au cours des premières années. Loin des stratégies de communication ou de marketing, il s’agissait avant tout d’un travail de l’ombre pour assurer notre réussite. Outre le fait d’y être parvenu, je me félicite également que cela n’ait affecté en rien la qualité de service irréprochable que nous avons toujours exigée pour nos clients», explique Philippe Logé. Résultats d’exploitation en nette amélioration « C’est ce qui nous permet aujourd’hui de sortir un résultat d’exploitation en nette amélioration (+300 K€) par rapport aux deux exercices précédents. Nous avons donc aujourd’hui une structure financière hyper saine qui nous permet d’envisager l’avenir avec sérénité. De plus, nous n’avons pas seulement travaillé sur les aspects financiers. Nous avons, depuis la reprise de Popsy, continué à investir sur nos différentes gammes de logiciels (Popsy et Allegro). Et nous sommes aujourd’hui entourés d’une équipe efficace et compétente, avec des logiciels modernes et pérennes. Nous avons tous les atouts dans notre jeu pour que la saison commerciale 2015-2016 soit un succès».

1adata80 % des cadres ont déjà été amenés à prendre des décision sur le vif, produisant un impact négatif sur leur santé et leur bien-être. Solution ? La technologie et les « big data ». Une étude récente révèle que de nombreux collaborateurs dans les entreprises européennes sont stressés et inquiets à l’idée de devoir prendre les décisions à l’aveugle, alors qu’ils ne disposent pas des informations nécessaires pour le faire. Le constat est sans appel: un tiers des collaborateurs d’une entreprise indiquent bénéficier d’un niveau d’information assez élevé pour décider. 40 % des répondants estiment que cette situation génère du stress à des niveaux inutilement élevés. En cause : l’inquiétude que suscitent les conséquences éventuelles de cette improvisation pour leur réputation (36 %), leurs performances (29 %) voire le risque de perdre leur emploi (17 %). Au secours, des données ! Dans les secteurs évoluant rapidement, peu de place est désormais laissée à l’erreur, notamment dans la fabrication. Une approche fondée sur les données ( les fameux « big data » ) apporte une solution simple au problème, en mutualisant l’ensemble des données disponibles à tous les niveaux de l’entreprise. Les cadres sont effet 50 % à suggérer de se tourner vers une solution technologique, ce qui passe notamment par l’ERP. La valeur d’un décisionnel « éclairé » est simple : l’accès aux données rend les collaborateurs plus heureux et confiants. Ils prennent plus rapidement de meilleures décisions.

11déciderÀ l’heure du cloud, les dirigeants cherchent de plus en plus à afficher leurs tableaux de bord sur leurs devices, afin de faciliter la prise de décision. Bonne idée ? Les outils décisionnels portés sur les terminaux mobiles permettent aujourd’hui aux cadres et dirigeants d’établir des tableaux de bord nomades. Problème : cette transition est gourmande en ressources de calculs. D’où la nécessité d’exploiter la puissance quasi sans limite de calcul des serveurs dans le cloud. Selon une étude de Markess, un tiers des décideurs informatiques se sont déjà tournés vers le nuage et près d’un quart ont lancé un projet dans ce sens. Avantages et inconvénients Les plus : – La puissance de calcul automatisée et rapide ou encore la capacité de traitement de grands volumes de données en temps réel, avec une accessibilité en tous lieux via les smartphones et tablettes ; – Les experts en analyse de données ne sont désormais plus nécessaires sur le terrain, car les tableaux sont clairs et intuitifs ; – Le cloud favorise la prise de décision rapide sur des marchés nouveaux. Les moins :L’éternel problème de la confidentialité (et de la protection) des informations sensibles de l’entreprise chez un fournisseur tiers ; – Autre risque, celui de la qualité de service, notamment lorsque plusieurs prestataires sont impliqués ; – Le cloud aurait tendance à oublier d’anciens contrôles de qualité dans les entreprises pour trop faire confiance à la machine

 

 

 

Retour
  • POPSY et la GDPR

    GDPR est l’acronyme de « General Data Protection Regulation » en anglais. En français on parle de RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données. En ce qui concerne Popsy il s’agit en occurrence de rendre anonymes (inaccessibles) les données des clients/fournisseurs via des applications qui contrôlent ces opérations. Qu’en est-il des documents digitalisés ? Comment […]

  • Allegro et PEPPOL

       Allegro s’inscrit depuis de nombreuses années dans le développement de solutions digitales et automatisées. Les autorités Belges et Européennes ont développé des plateformes d’échanges sécurisés de factures : PEPPOL (Pan-European Public Procurement Online). La facturation électronique au format e-FFF, UBL 2 ou encore PEPPOL est disponible et fonctionne pour toute la gamme de produits Allegro […]

  • PROMO module BNB

    Promo FR Promo -50% sur le module bilan BNB Préparation du fichier (XBRL) à déposer à la centrale des bilans. Module bilan BNB Contrôle et tests préalables Récupération des données des années précédentes Bilan complet et abrégé Entreprises et ASBL Plus d’encodages fastidieux Pour plus de détails https://www.nbb.be/fr/centrale-des-bilans Avantages Gain de temps précieux Module simple […]

  • PROMO banklink

    Promo de -50% sur le Banklink Popsy Traitement automatique des fichiers électroniques en provenance des banques et des secrétariats sociaux. CODA Extraits bancaires Les banques belges proposent les extraits bancaires sous forme électronique. POPSY injecte ces fichiers dans la comptabilité. Le lettrage (apurement ou réconciliation) avec les factures d’achat ou de vente est automatisé. Sur […]