5 ans: un très bel anniversaire

Allegro vient de fêter son cinquième anniversaire, Popsy célèbre ses trente ans, alors que sa version Saas (Cloud) affiche fièrement 15 ans déjà. Un premier jalon dans son existence et l’occasion de tirer un bilan très positif de ces cinq premières années. Tant Allegro que Popsy sont promis à un bel avenir.

Depuis quelques années, le cloud computing a révolutionné la vie des entreprises. Il a rendu possible l’indépendance du travail vis-à-vis du lieu et du temps. Lancé il y a cinq ans, Allegro s’inscrit pleinement dans cette révolution. A partir de n’importe quel PC connecté à Internet, l’utilisateur dispose de son application. Allegro, solution native pour Internet, est hébergée chez Proximus. Dans la foulée, Popsy a aussi bénéficié d’une solution cloud, un SaaS hébergé chez Cloudbizz. Là aussi, le succès est au rendez-vous puisqu’environ un client par semaine décide de passer à la version dans les nuages.Allegro vient de fêter son cinquième anniversaire, Popsy célèbre ses trente ans, alors que sa version Saas (Cloud) affiche fièrement 15 ans déjà. Un premier jalon dans son existence et l’occasion de tirer un bilan très positif de ces cinq premières années. Tant Allegro que Popsy sont promis à un bel avenir. 
Pendant ces cinq années, nous n’avons eu de cesse d’améliorer nos produits pour rendre la vie de nos clients plus facile. Dématérialisation, automatisation de plus en plus poussée, simplicité et efficacité : voilà quelques-uns des piliers qui ont guidé notre développement. D’ailleurs, il nous faut aussi constater une plus grande interaction entre les clients et les fiduciaires. Nous procédons à une analyse commune de nos deux produits pour sans cesse les améliorer. Entre Popsy et Allegro, il existe donc une véritable synergie. Popsy évolue d’abord et, après feed-back, les changements sont alors implémentés chez Allegro. Tous les trois mois, de nouveaux modules ou des améliorations de produits sont ainsi offerts aux clients sous contrat.

L’évolution de nos produits nous aide aussi en tant que société. Les modules développés pour les clients sont utilisés en interne. Nous profitons donc de la qualité et la rapidité de nos mises à jour. Mais aussi d’une organisation interne stricte avec des procédures simplifiées et automatisées. Ces éléments combinés à une belle progression du chiffre d’affaires laissent penser qu’Allegro pourra compter sur un croissance de son bénéfice de près de 30 % pour l’année 2016-2017. Ces montants permettront de financer des investissements en fonds propres pour les développements à venir.

Intéressé par Popsy ou Allegro ? Envoyez un e-mail à sales@allegro.be
ou téléphonez-nous au 02 371 49 11

Il ne fait aucun doute que le cloud computing a le vent en poupe. En Belgique, sa progression est considérable dans nos entreprises. Néanmoins, la sécurité reste le frein principal à son développement.

Depuis quelques années, le cloud computing devient la norme en termes de services informatiques. De plus en plus d’entreprises font appel à cette manière de stocker, d’accéder et d’échanger des données informatiques. Ce recours au cloud épouse parfaitement les besoins du monde de l’entreprise aujourd’hui : rendre le travail indépendant du lieu et du temps. Le cloud facilite ce concept en permettant un accès aux informations dont les collaborateurs ont besoin depuis n’importe où, tout en permettant une plus grande maintenabilité et sécurité. Ce cloud est de trois types. Privé s’il est dédié à une seule entreprise. Public s’il est partagé, c’est le cas des services proposés par Google ou Microsoft par exemple. Hybride si la situation de l’entreprise est tellement complexe qu’elle a besoin de deux options.

Où en est-on aujourd’hui ? Selon une récente étude, le cloud privé a la cote (46 %) dans les régions européennes mais le cloud hybride, pour des raisons de coût, est en forte progression. Il a constitué la majorité des migrations en 2016. Selon le rapport annuel de la société de sécurité informatique McAfee, la sécurité demeure le principal souci des entreprises. 61 % des entreprises souhaitent que le cloud offre le même sentiment de confiance et de sécurité que les bons vieux serveurs internes. Chez nos voisins français, près de la moitié des entreprises ont ralenti l’adoption de services cloud, faute de compétences pour en assurer la sécurité. Enfin, ce que l’on appelle le Shadow IT, le fait de commander des services cloud sans l’approbation du département informatique, demeure le principal problème de sécurité. Et il suffit d’un seul point d’accès pour mettre tout l’édifice en péril…

C’est sans doute un raccourci mais une récente étude américaine vient de démontrer que plus vous passez du temps sur Facebook, plus vous vous sentez mal. Explications.

L’utilisateur moyen de Facebook passe une heure par jour sur le site. C’est la société de Mark Zuckerberg qui le dit. Selon Deloitte, de très nombreux détenteurs de smartphones commencent leur journée par vérifier les activités sur leurs applis de médias sociaux. Tout le monde sait que l’interaction sociale est bonne pour la santé. Et qu’une vie bien vécue n’est rien sans des relations sociales profondes et positives avec d’autres êtres humains. Oui, mais là, nous parlons d’interactions dans la vraie vie. Mais qu’en est-il de celles développées en ligne ? Sont-elles aussi positives pour notre bien-être ?

Deux chercheurs américains réputés se sont penchés sur la question. Nicholas Christakis dirige le Human Nature Lab de la prestigieuse université de Yale. Holly Shakya vient de décrocher une bourse du NIH (l’institut national américain de la santé) pour étudier à l’Université de San Diego les déterminants sociaux de la santé. Ils viennent de publier les résultats de leur étude sur le rapport entre Facebook et le bien-être. En trois périodes de temps sur deux ans, ils ont suivi 5.208 adultes américains et ont mis en rapport leur temps passé sur le réseau social, (le nombre de likes qu’ils ont posté, les links qu’ils ont suivi et leurs propres posts) avec des mesures de bien-être comme la satisfaction, la santé mentale, la santé physique et l’indice de masse corporelle. Les résultats sont sans appel : l’usage de Facebook est négativement associé au bien-être, singulièrement en termes de santé mentale. Ils ne donnent aucune explication scientifique à ce lien. Si aimer les posts d’autres personnes peut conduire à une comparaison négative (ma vie est moins passionnante que la leur), le même effet négatif se produit chez des gens qui, majoritairement, postent des statuts ou ouvrent des liens. L’étude démontre aussi que les effets négatifs sont bien liés à la quantité d’interactions, pas uniquement à leur qualité. L’interaction sociale en ligne n’est donc pas un bon substitut à la vraie vie. Les deux auteurs précisent aussi que ces résultats pourraient bien être valables pour toutes les autres formes de médias sociaux…

Retour
  • POPSY et la GDPR

    GDPR est l’acronyme de « General Data Protection Regulation » en anglais. En français on parle de RGPD ou Règlement Général sur la Protection des Données. En ce qui concerne Popsy il s’agit en occurrence de rendre anonymes (inaccessibles) les données des clients/fournisseurs via des applications qui contrôlent ces opérations. Qu’en est-il des documents digitalisés ? Comment […]

  • Allegro et PEPPOL

       Allegro s’inscrit depuis de nombreuses années dans le développement de solutions digitales et automatisées. Les autorités Belges et Européennes ont développé des plateformes d’échanges sécurisés de factures : PEPPOL (Pan-European Public Procurement Online). La facturation électronique au format e-FFF, UBL 2 ou encore PEPPOL est disponible et fonctionne pour toute la gamme de produits Allegro […]

  • PROMO module BNB

    Promo FR Promo -50% sur le module bilan BNB Préparation du fichier (XBRL) à déposer à la centrale des bilans. Module bilan BNB Contrôle et tests préalables Récupération des données des années précédentes Bilan complet et abrégé Entreprises et ASBL Plus d’encodages fastidieux Pour plus de détails https://www.nbb.be/fr/centrale-des-bilans Avantages Gain de temps précieux Module simple […]

  • PROMO banklink

    Promo de -50% sur le Banklink Popsy Traitement automatique des fichiers électroniques en provenance des banques et des secrétariats sociaux. CODA Extraits bancaires Les banques belges proposent les extraits bancaires sous forme électronique. POPSY injecte ces fichiers dans la comptabilité. Le lettrage (apurement ou réconciliation) avec les factures d’achat ou de vente est automatisé. Sur […]